Jean-Claude Vangierdegom, un passionné au service de la culture

C’est à Grignan dans la Drôme que Jean-Claude Vangierdegom a posé ses valises en 2006. Avec son épouse, il s’installe dans une maison au pied du célèbre château. Et cette installation n’est pas due au hasard mais plutôt à un coup de cœur pour un personnage ayant marqué de son empreinte la littérature : la marquise de Sévigné.

De Paris à Grignan

En 1996, le pays célèbre le tricentenaire de la mort de la marquise. Dans les lieux marqués de sa présence, des manifestations, notamment à Grignan avec la création du festival de la correspondance, célèbre cet anniversaire. A cette époque, Jean-Claude Vangierdegom réside à Paris. Un jour, son épouse se rend au Musée Carnavalet pour visiter l’exposition consacrée à Madame de Sévigné. Particulièrement séduite par cette exposition, elle y entraîne son mari. Sous le charme, le couple va alors, à partir de là, tenter de mieux connaître l’histoire de cette femme d’exception. Pour cela, ils vont partir sur ses traces en parcourant les lieux qui ont marqué son existence. « Nous sommes allés au Château de Bourbilly, à celui de Bussy-Rabutin et en Bretagne à Vitré. Au cours de ces visites, nous avons rencontré des personnes qui nous disaient d’aller à Grignan. En 1997, nous réalisons notre première visite pour le festival de la correspondance » nous explique t-il.

Jean-Claude Vangierdegom

Et le coup de cœur pour Grignan fut immédiat. « Nous logions au Clair de Plume. Et la première nuit, la lune était au dessus du château. J’en garde un souvenir marquant ». Le couple revient alors chaque année. Petit à petit, l’envie de s’installer dans le village devient de plus en plus présente. « Nous avons fini par trouver une maison sous le château en 2006. Etant à la retraite, nous nous installons. Paris ne nous manque pas. Quand nous étions en vacances, nous appréhendions toujours le retour » nous dit-il avec un grand sourire.

L’art de reproduire le patrimoine en miniature

Très investi dans la vie du village, Jean-Claude Vangierdegom va alors se lancer dans une nouvelle aventure : les maquettes. « Lorsque ma fille faisait ses études d’architecture, elle devait concevoir des maquettes de monuments. Je l’aidais de temps à autre et cela me plaisait beaucoup ». Il y a trente ans, il se lance à son tour dans la fabrication d’un pavillon de la place Ducal à Charleville-Mézières. Débuté mais jamais fini, il retrouve cet ouvrage lors de son déménagement. « En rangeant des cartons, je tombe dessus. Il était brut. Je décide alors de finir cette maquette en la réadaptant à la place des Vosges à l’échelle 1/33e ». Et c’est le déclic. Amoureux du patrimoine, il va enchaîner les créations sur Grignan : le château, le beffroi, le lavoir, la mairie … Puis, il s’intéresse aux monuments des communes alentour (Valaurie, Chamaret …).

En 2014, il expose ses maquettes à l’Office de Tourisme. Puis en 2016, à Taulignan. Et enfin, à la demande de la municipalité, au Château de Simiane à Valréas à l’été 2017. Cette dernière exposition fut un tel succès qu’une salle a été créée pour exposer ses maquettes de manière permanente. Aujourd’hui, ce lieu constitue un musée au cœur du Château de Simiane où chaque commune du territoire est représentée par un ou plusieurs monuments. Parmi ses autres réalisations, le château de Sachsenheim, ville jumelée avec Valréas, le moulin de Pierrelatte ou encore sept monuments de la commune de Montségur sur Lauzon.

Des créations 100 % récupération

Depuis ses débuts, Jean-Claude Vangierdegom a créé plus de 50 maquettes à l’échelle 1/33e soit 3 cm = 1m. « Je me déplace sur le terrain pour prendre des photos et des mesures. Ensuite, je dessine le bâtiment et le construis ». Pour confectionner ses maquettes, il utilise principalement le carton de plusieurs épaisseurs. Par exemple, les bases peuvent être faites avec un peu de contreplaqué et les toitures avec du roseau. Ses maquettes sont conçues avec du matériel de récupération et divers objets (éponge, fil de fer, balle de tennis, papier …).

Jamais en manque d’astuces, sachez que ses arbres sont réalisés à partir du grattoir de l’éponge ou que ses vitres avec du plexiglas. Des petits « trucs » qu’il aime transmettre lors des ateliers qu’ils animent auprès des enfants. Régulièrement, il propose des séances au Château de Simiane. Très apprécié des plus jeunes et de leurs parents, Jean-Claude Vangierdegom les invite à concevoir des petits objets tels que des cartes, une réplique de la Tour Ripert, un hérisson …

Amateur passionné par toutes les formes de culture, il vient de réaliser deux conférences. Son thème … vous l’aurez deviné … la Marquise de Sévigné. Un sujet qu’il maîtrise à merveille. « Vous transmettez ce que vous aimez » conclut-il.

Vous pouvez retrouver les maquettes de Jean-Claude Vangierdegom au Château de Simiane. Toutes les informations, tarifs et horaires sur le http://www.valreas.net

  Une réflexion sur “Jean-Claude Vangierdegom, un passionné au service de la culture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :